Description du camp de concentration d’Auschwitz

1. Nombre actuel de prisonniers: 137 000
2. Mortalité des polonais en hiver 1940-41-42: une moyenne de 80 à 130 chaque jour.
3. La mort des prisonniers est dûe à des maltraitements de la part des capo et des gardes, à la malnutrition, à des épidémies non soignées et propagées par les insectes et par le manque d’hygiène (typhoïde, diarrhée).
4. La mortalité diminue vers la fin des années 1942-43.
5. Environ 80% des prisonniers polonais furent emmenés à Dachau, Mathausen oux au camps de travail de Hambourg, Bremen, Wilhelmshafen et autres.

Les juifs
Jusqu’en septembre 1942, 468 000 juifs non mis sur registre ont été gazés. De septembre 1942 jusqu’au début juin 1943, sont arrivés environ 60 000 juifs de Grèce (Salonique, Athènes), 50 000 de Slovaquie et du protectorat Tchèque et Moravien; environ 60 000 de Hollande, Belgique et France; 6000 de Chrzanow; 5 000 de Kety, Zywiec, Sucha, Slemienia(?) et les environs. Sur la totalité de ces personnes 2% vivent aujourd’hui. 98% ont été emmenées, jeunes et en bonne santé dans les chambres à gaz où elles furent brûlées encore vivantes. Chaque transport arrivant à Auschwitz est vidé, les femmes et les hommes sont séparés , ensuite les femmes et les enfants, principalement, sont rechargés dans des camions et transportés dans les chambres à gaz de Birkeneau. Là, dans des supplices indescriptibles ils suffoquent pendant 10 à 15 minutes, les corps sont alors jetés en tas et brûlés. Notons qu’avant d’être gazés une douche est obligatoire. Dû au manque de gaz toxique, les corps sont brûlés encore vivants. Récemment trois grands fours crématoires ont été construits qui brûlent 10 000 personnes et fonctionnant tous les jours et sans arrêt ont été construits. Ces crématoires ont été surnommés par les gens de la région "les flammes éternelles". Les 2% restant sont divisés entre le camp des femmes de Birkenau et celui des hommes d’Auschwitz et Birkeneau. Le camp des femmes de Birkeneau est un des endroits des plus horribles et inimaginables. Il n’y a ni eau ni la moindre possibilité d’hygiène indispensable à la plus primitive forme végétative. Les personnes travaillant à l’extérieur sont dans l’impossibilité d’accomplir le moindre geste d’hygiène et meurent rapidement parce qu’il leur est impossible de soigner la plus bénigne maladie. De plus dans le camp des hommes près de Rajsko, il y a un autre crématoire utilisé pour les personnes exécutées dans les prisons de Katowice et autres, environ 30 corps sont brûlés tous les 14 jours. De jeunes femmes très fortes (juives) sont utilisées à des fins expérimentales sur l’insémination artificielle et la stérilisation. Bien sûr avec le temps ces jeunes femmes meurent.

De nombreux ukrainiens sont recrutés comme gardes et récemment quelques centaines de slovaques sont devenus bénévolement SS à Auschwitz.

Les prisonniers doivent travailler dehors en hiver à une température de -25, sans vêtements appropriés et avec des chaussures en bois, si bien que de nombreuses personnes retrouvées gelées sont traînées de leur poste de travail.

Ces derniers jours de nombreux transports de polonais venant des alentours de Radom, Lublin et Siedlce , qui n’avaient pas été gazés, ont été exécutés dans une forêt près de Birkeneau, pour crimes politiques.

Le camp des tziganesEn 1943, environ 10 000 tziganes venants de tous les pays occupés et du Reich ont été amenés au camp de concentration de Birkeneau. Selon l’âge, ils ont été forcé à de rudes travaux physiques. Ces derniers jours ils ont été eux aussi gazés en masse.

Auschwitz

Depuis le 20 juin , des transports en masse ont commencé à arriver au camp de concentration d’Auschwitz/Birkeneau,

- 2 -

notamment:1 transport de 870 personnes de Nice (sud de la France); 1 transport de plus de 500 personnes de Berlin, 900 personnes de Salonique, 2 transports de 1600 personnes de Bendsburga, 1 transport de Sosnowiec, 1 transport de Lublin de 391 personnes. 80% de ces personnes sont juives, 20% sont des tziganes venant de Grèce et du sud de la France. Sur la totalité, 10% peut-être sont vivants dans le camp, le reste, 90% a été gazé dès leur arrivée au camp. Ni femmes ni enfants ne sont arrivés au camp.

Depuis ce temps arrivent des transports de Pologne (femmes, enfants et personnes âgées). La plupart d’entre eux ont été exécutés. Depuis peu de temps ils ont introduit la méthode de décapitation. Le nombre de Polonais envoyé dans les chambres à gaz augmente. De nombreux prisonniers ayant réussi à survivre plus de 3 ou 4 ans dans le camp malgré de terribles manques ont aussi été gazés ceci sans doute parce qu’ils étaient plus éduqués. Il semble qu’il n’y ait aucun réglement concernant les chambres à gaz, chacun peut selon le hasard y être envoyé. Les transports polonais viennent surtout de la région de Radom, Lublin, Tarnobrzeg et Sandomierz.

Dans la nuit du 3 au 4 juillet 1943, 16 gardes ukrainiens entrainés par des SS untersturmführer lange, se sont évadés avec des armes et une grande quantité de munitions. En conséquence tous les gardes ukrainiens ont été arrêtés. Les évadés sont partis en direction de Gross Chelmo et ont essayé de traverser la rivière de Przmsza pour se cacher dans les forêts de la région de Jaworzno. La police militaire des villages avoisinants les a poursuivis et une bataille a eu lieu entre les ukrainiens évadés du camp et la police, ils se sont tirés les uns sur les autres sans savoir qui étaient les évadés du camp et ceux qui ne l’étaient pas. Des troupes militaires sont venues en renfort de Katowice et Myslowice y compris des SS avec des mitraillettes automatiques et des véhicules armés, une bataille s’est engagée. Du côté SS, il y a eu 2 morts, 4 sérieusement bléssés et 8 légèrement bléssés. Du côté ukrainien, il y a eu 11 morts et 4 ou 5 faits prisonniers et torturés à mort. Quelques jours plus tard l’Untersturmführer Lange a aussi été fait prisonnier. Selon une source ukrainienne les évadés étaient pour la plupart des officiers russes.

Alors qu’avant les prisonniers étaient toujours escortés par un garde allemand et un garde ukrainien, maintenant tous les gardes sont désarmés. Les ukrainiens furent mis en prison pendant 4 jours. Tout le groupe dont les évadés faisaient partie a été exécuté. A partir du 9 juillet, les ukrainiens se voient redonner des armes et des munitions pendant la journée et continuent un entrainement militaire au champ de tir de Rajsko, la nuit les armes sont retirées. Le 5 août, le commandant du camp, l’Obersturmbannführer Höss annonça que dans l’exercice de leurs fonctions en combattant les évadés, le SS Scharführer Reineke et Sch. Stefphan Rahberger ont été tués.

Ces derniers jours de nombreux cas de fièvre typhus de sont apparus, surtout dans le camp des femmes à Birkenau, des blocs entiers ont été fermés. Bien sûr les malades et celles soupçonnées d’être malades ont été gazés. Ceci n’a rien d’étonnant vue les conditions d’hygièn épouvantables du camp des femmes de Birkenau. L’eau manque et rien n’est fait pour maintenir la propreté.

De même, le camp des tziganes a été contaminé par la typhus de, si bien que le commandant Höss a lancé l’ordre à tous les SS travaillant dans le camp des tziganes de rester à l’écart des autres SS, de prendre des bains tous les jours et d’être examinés pour détecter la présence de poux.

Auschwitz, le 10 juillet 1943.

- 3 -

Description du camp de concentration d’Auschwitz (suite)

Exécution en masse du 15 juillet au 8 août 1943

Polonais- Après le 15 août , des transports d’otages polonais sont arrivés en masse: 1 transport de Tarnow, 1 de Cracovie, 1 de Lublin, 1 de Radom et 1 de Varsovie. Ils ont tous été tansportés à Auschwitz dans des wagons de prisonniers, les mains et les pieds liés par des menottes. Après leur arrivée, ils ont été immédiatement exécutés.

Apries le 17 juillet un prisonniers a fait une tentative d’évasion, en conséquence 12 polonais ont été exécutés. Pour l’exécution ne furent choisis que pour la plupart des membres de l’intelligentsia, des médecins, des avocats,et des ingénieurs. Si une tentative se répétait, les Allemands menacent de tuer 100 personnes.

Chaque semaine arrive entre 2 et 3 transports de polonais. La plupart d’entre eux, femmes ou hommmes est exécuté. L’ordre du jour est d’exécuter les prisonniers de longue date dans le camp d’Auschwitz.

Le 28 août, des polonais ont été évacués d’Auschwitz. Ont été choisies essentiellement les personnes agées et les femmes et les enfants dont le mari ou le père est mort à la guerre, a été fait prisonnier, est dans un camp de concentration ou bien encore a été exécuté. Une partie a été envoyée à Oderberg, une autre partie a été envoyée sur les territoires polonais occupés par les Allemands. Un petit nombre de personnes très agées est resté à Auschwitz et a été probablement gazé ou brûlé puisqu’on n’en a plus entendu parler.

Tchèques- Pendant ce temps sont aussi arrivés 2 transports de 100 hommes de Tchécoslovaquie, parmi lesquels 50% ont été exécutés pour haute trahison et 50% sont restés dans le camp d’Auschwitz.

De même 2 transports de prisonniers tchèques de longue date dans le camp d’Auschwitz ont été amenés à Buchenwald.

Entre le 15 juillet et le 1 août, il y a eu des transports sporadiques de juifs en provenance de différents camps de travail en Allemagne. Ces personnes pourraient être considérées comme des cadavres vivants, ils étaient si amaigris qu’ils ne pouvaient pas se mettre debout. Ils étaient incapables de marcher du train au camion, ils étaient alors jetés par des SS dans le camion comme autant de morceaux de bois. Ils ont été directement emportés à Birkenau où ils ont été gazés.

Les jours du 1, 2, 3 août ont été déclarés jours de désinfection du camp entier des hommes et des femmes. La désinfection n’est rien d’autre que l’envoi en masse dans les chambres à gaz. Tout le monde a été envoyé que ce soit aryens ou juifs. Ont été gazés tous ceux dont la tête ne plaisait pas aux SS.

Au même moment que la désinfection, tous les juifs de Sosnowiec et de Bedzin ont été évacués. En tout 15 trains pleins sont arrivés avec environ 15 000 personnes à bord. En plus, pendant des nuits entières, des camionnettes faisaient des allers et retours entre le camp et ces petites villes.

Dans chaque chargement 100 personnes étaient serrées les unes contre les autres: hommes, femmes et enfants. Il y en avait autant dans les remorques des camionnettes. Ces gens arrivaient dans des états inhumains, étaient jetés à terre, les enfants étaient piétinés, les femmes étaient battues à mort; ensanglantés, ils devaient rester à moitié nus toute la journée sous un soleil torride, sans une goutte d’eau. Leur souffrance est inimaginable et les mots manquent pour décrire le supplice de ces gens jusqu’à la mort qui était pour eux un salut.

- 4 -

Enfants innocents, femmes malades dans l’impossibilité de marcher sont jetés sans merci ici ou là, sont frappés et assaillis de coups de pied. Une telle destruction d’êtres humains n’a jamais été vue dans l’histoire de l’humanité et ne pouvait être découvert par personne d’autre que le peuple allemand qui pourtant "représente la cime de la culture". Ces gens n’ont pas honte de parler sans amertume de bombardement de villes, d’églises et de monuments. Comme les fours crématoires ne pouvaient venir à bout de toutes les personnes, les dépouilles ont été brûlées dans des trous à ciel ouvert dans un champ près de Birkenau et pendant trois jours, on n’a rien vu d’autre que des flammes jaillissant des bûchers.

Des transports de France sont arrivés et ont été traités de la même façon.

Birkenau a célébré son record de personnes gazées: 30 000 personnes en une journée.

Auschwitz, le 12 août 1943

 

Description du camp de concentration d’Auschwitz (suite)

Nom des criminels de guerre du camp de concentration d’Auschwitz:
Obersturmführer- Höss- commandant du camp
Hauptsturmführer- Schwarz, qui s’est fait remarqué pour sa cruauté pendant l’évacuation des polonais. Il n’a aucune merci pour les polonais, c’est à lui qu’est dûe la plus importante exécution de polonais. Un des plus grand ennemis des polonais.
Hauptsturmführer- Aumeir, surveillant des exécutions par pendaison et armes à feu.
Untersturmführer- Sell, personne dont tout le camp a peur, quand il peut faire mal ou sanctionner les prisonniers, il le fait sans pitié et souvent sans raison. Surtout dans le camp des femmes.

Pour la ségrégation et le gazage des juifs, les personnes suivantes sont les plus actives:
Obersturmführer- Schoppe,
Obersturmführer- Stibitz
Hautsturmführer-Müller
La garde Drexler. Cette femme a fait beaucoup de mal dans le camp des femmes de Birkenau. Elle interdisait de se couvrir la tête quand le temps était au plus froid ou quand le soleil frappait, etc.

A l’arrivée des transports polonais et tchèques étaient présents: Schoppe et Stibitz, qui donnaient des coups de poings et des coups de pied dans le ventre aux personnes, encore enchainées, qui descendaient du train. Ceci juste parce qu’ils n’enlevaient pas assez vite leur chapeau, ne se mettaient pas en rang tout de suite et ne savaient pas comment se comporter puisque les réglements du camp leur étaient encore complétement inconnus. Les gardes agissaient exactement de la même façon avec les femmes. Plus une femme était faible et malade plus ces espèces de porcs prenaient plaisir à la frapper et lui donnaient des coups de pied jusqu’à ce que mort s’en suive.

Un des monstres les plus odieux de ce camp des femmes de Birkenau, est une garde travaillant depuis longtemps dans le camp, Mandl. Cette femme est la pire des sadiques qu’on puisse imaginer. Déjà dans le camp de concentration de Ravensbruck, elle était chargée du bloc correctionnel, elle a fait mourir de faim beaucoup de femmes et d’enfants. Cette femme pensait aux pires des sanctions et pouvait sans mauvaise conscience regarder les femmes tomber et rester dans l’impossibilité de se relever sous les coups et les tortures qu’elle leur infligeait. Elle donnait systématiquement 25 coups de bâtons. A Birkenau elle est devenue la garde la plus ancienne et elle peut tranquillement laisser libre cours à son sadisme. Elle cherchait avec le plus grand plaisir les personnes à gazer et à punir. En général, ces sanctions n’avaient aucune raison d’être, juste parce que quelqu’un ne bougeait pas assez vite à ses côtés ou autres raisons de ce genre.

Le camp a un département politique. Le directeur de ce département est Understurmführer, Grabner.

- 5 -

 Il est responsable de toutes les sanctions et des peines de mort. Cet homme signe seulement tout ce qui se trouve sur son bureau. Les employés les plus anodins sont les plus terribles. Ils accomplissent leur travail de façon très méticuleuse.

Aux interrogatoires sont présents, la plupart du temps: Oberscharführer-Kirschner, Oberscharführer-Boger, Lachman et Untersturmführer-Woznic. Ces personnes sont les plus terribles du camp. Chacun d’entre eux frappe et torture les prisonniers jusqu’à l’horreur. Les prisonniers sont torturés jusqu’à ce qu’ils avouent des choses qu’ils n’ont jamais faites de leur vie. A ces fins, il y a une salle de torture avec des instruments qui n’ont jamais été utilisés même au Moyen-âge.

Le pire des instruments de torture est ce qu’on appelle "berceau", personne n’en ressort vivant. Seuls sont choisis les SS, comme ceux cités plus haut, les plus sadiques. Le rôle principal du département politique est de signer le registre des morts et des personnes gazées. Ces dernières sont inscrites sur le registre sous la notation "SS" (traitement spécial). Le travail du département politique n’est rien d’autre que le dernier cri des morts et des gazés.

Auschwitz, le 12 août 1943.

 

Traduit par Chrystèle Chevallier-Grabinska

Calgary, mai 1999